Mono-manies

On m’a dit souvent que pour faire de la recherche, il fallait trouver son « sujet ». Et qu’il ne servait à rien de faire de la recherche si on n’était pas passionné.e.s, corps et âmes, par nos sujets de recherche. Le degré d’intérêt, de passion, que l’on normalise chez les doctorant.e.s pour leurs sujets est loin de se retrouver chez toutes les professions. On ne demande pas nécessairement à un.e cadre dans la grande distribution d’être habité.e par la vente de volailles et de viandes froides au point d’y consacrer carnet de recherche et publications pour lesquelles iel n’est pas rémunéré.e. Dans le monde clos de la recherche, cette passion est la norme attendue – faisant écho à ses origines étymologiques, elle sert de cache-misère à beaucoup de précarité et beaucoup de désespoirs [1].

La recherche est donc indissociable, chez de nombreux esprits, de la question du choix de l’objet d’étude. Particulièrement chez les doctorant.e.s, chez qui le « sujet de thèse » devient un marqueur identitaire : je suis la doctorante qui travaille sur les transports en commun à Beyrouth ; et si vous êtes doctorant.e et me lisez, vous avez probablement en tête votre propre épithète homérique.

Plus l’épithète est courte, plus le profil est identifiable. L’une des implications qui découle de cette réduction du champ de la recherche au champ de son sujet est celle de maintenir une présence lisible – et donc audible – en ligne comme sur un cv de recherche. L’audibilité d’un parcours dépend de sa lisibilité, et donc de sa cohérence. Qui dit parcours incohérent dit parcours inaudible; et qui dit parcours inaudible dit parcours invisible.

PERMANENCES DU GRAND ÉCART

Cette intimation à la cohérence me parait d’autant plus paradoxale qu’elle est en décalage complet avec l’expérience vécue des doctorant.e.s. En effet, le travail sur mon sujet de thèse ne constitue qu’une partie des tâches que j’accomplis dans le cadre de mes études parce qu’elles sont attendues de moi. Citons, entre autres :

  • Présenter des communications scientifiques lors de conférences ou de journées d’études.
  • Publier, aussi bien dans des revues scientifiques que des articles de vulgarisation [2].
  • Animer la vie du laboratoire et la vie scientifique. C’est un point qui m’est particulièrement difficile, autant du fait d’un tempérament très solitaire que de ma condition de doctorante non financée qui me laisse peu de temps pour me rendre au laboratoire. Je vois l’ouverture de ce carnet comme une  première contribution modeste à cet item.
  • La socialisation avec d’autres chercheur.e.s et doctorant.e.s – mêmes remarques que précédemment.
  • Le maintien d’une présence lisible en ligne ; sur twitter notamment. Je ne sais pas penser vite et je ne me sens pas à mon aise sur twitter ; j’ai donc opté pour un compte discret et silencieux, où je ne m’exprime pas mais sur lequel je peux partager mes travaux à quelques abonné.e.s.
  • Le suivi de séminaires à l’EHESS et la poursuite de ma formation.
  • L’enseignement, la création des syllabus, des cours, les corrections de copies, l’encadrement des mémoires des étudiant.e.s.

Bien sûr, toute la fécondité de mon travail découle des ponts que je construis entre toutes ces facettes. L’enseignement notamment, a nourri beaucoup mes questionnements et mes recherches cet automne, et il me tarde d’écrire à ce sujet ici.  Cependant, ma condition de doctorante exacerbe encore ce décalage, puisque qu’à mon travail de thèse et aux tâches citées précédemment s’ajoutent les emplois auxquels je me consacre.

Ma situation me fait regarder avec étonnement les doctorant.e.s qui parviennent à faire de leurs sujets de recherche le centre de leurs préoccupations. Mon sujet de recherche ne constitue en vérité qu’une partie infime des activités que j’exerce tous les jours, et si ce sont bien les bus beyrouthins qui m’ont menée à la recherche, je crois que j’aime la recherche plus que je n’aime mon sujet de recherche. Il n’est qu’une partie parmi d’autres des activités que j’exerce. Avec l’impression d’un grand écart permanent, entrainé autant par les conditions dans lesquelles j’effectue mon doctorat que ma volonté peut être un peu naïve de traiter ma thèse de manière dépassionnée, comme un aspect comme un autre du quotidien. La valorisation de l’expérience doctorale comme expérience quasi monomane occulte les réalités de beaucoup d’autres, qui n’ont soit pas le temps, soit pas le privilège, soit comme dans mon cas pas le désir de vivre la thèse ainsi.

NÉGLIGENCES TEMPORAIRES

Ma vie personnelle passe avant mon travail, ce que j’aime faire aussi – dormir, lire, danser, ne rien faire, me consacrer à des projets d’écriture plus personnels et à d’autres projets professionnels. Dans la grande course des doctorant.e.s à celui ou celle qui travaillera le plus, j’ai décidé de m’asseoir sur le bord de la route avant le coup de départ.

Les conditions matérielles, la rareté des postes à la sortie de la thèse, la quantité de tâches ébahissante exigée des doctorant.e.s  que l’on met en concurrence, m’obligent à accorder moins de temps à certains items si je veux maintenir ce rapport plus ou moins dépassionné à mon doctorat – pour l’instant, la socialisation au laboratoire et la publication scientifique. Il est apparu que je ne pourrais pas tout faire avec flegme; je préfère alors faire moins. Ces négligences sont évidemment temporaires ; mais elles me semblent des conditions nécessaires à la convocation de ma joie et à mon intransigeance sur la priorité donnée à ma san(i)té. Pour ce qui relève de l’après-thèse, nous naviguons toutes et tous à vue.

Ce début de deuxième année de thèse m’a fait prendre conscience que je n’arriverai pas à concilier toutes les facettes de la vie de doctorant.e – des injonctions pour espérer obtenir un poste, en réalité – car il y a des sacrifices que je ne suis pas prête à faire. Il y a tant de témoignages de doctorant.e.s au bord du burn-out, épuisé.e.s par des conditions de travail si précaires et difficiles, des injonctions qu’iels n’ont pas le choix de refuser, et par une incertitude existentielle sur les portes qu’iels trouveront ouvertes ou fermées par la suite. Ils et elles sont dans mes pensées, je leur souhaite beaucoup de courage. Et j’écris ce billet pour celles et ceux qui n’ont pas l’énergie, pas le temps, pas les moyens, pas les capacités mentales ou physiques, ou dans mon cas, tout simplement pas l’envie de faire autant de sacrifices. Je nous souhaite de garder foi en nos marges de manœuvre.

 

[1] Cette réflexion sur les dérives de la passion chez les enseignant.e.s-chercheur.se.s a été formulée par L. Tfaily; c’est aussi elle qui m’a dessiné le pigeon qui sert d’illustration à ce billet.

[2] A ce sujet, se référer à Gabrysiak, Louis. « Publish or What?: Identité professionnelle et position dans le champ universitaire français d’enseignants-chercheurs peu ou pas publiants ». Zilsel, 7, no 2 (2020): 128. [HTML]

 

Pour citer cet article: Tfaily, Mira. « Mono-manies », in (Im)mobile, 8 décembre 2020, https://immobile.hypotheses.org/143.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.