À propos du carnet (Im)mobile

(Im)mobile est né d’un besoin d’entrer en dialogue, avec vous et avec moi-même. Qui dit entrer en dialogue dit entrer en résonnances – résonnance externe, qui puise dans vos retours de nouvelles nourritures et de nouvelles lignes de failles. Résonnance interne, parce qu’écrire sa pensée est un moyen sûr d’offrir à sa réflexion des « points d’appui externes »[1] afin de lui permettre de buter et de se retourner contre elle-même.

La fonction première de ce carnet est donc autant de partager mes questionnements que de me contraindre à aller au bout de mes pensées en les formalisant par écrit. Ce carnet n’est pas autre chose qu’un facilitateur de dialectique – que cette dialectique soit nourrie par mes échanges avec vous ou par une escrime intérieure.

Penser avec soi-même

Les intentions qui m’ont décidée à ouvrir ce carnet n’ont rien d’original ou de singulier. Au contraire, j’ai l’impression qu’elles se retrouvent presque à l’identique chez de nombreuses doctorantes et  doctorants. En tête de file, le désarroi ressenti face aux blocages au moment de rédiger un article scientifique, un fragment de thèse, une proposition de communication.

Ces blocages sont encore accentués chez moi par mes habitudes de lecture, mises en place à l’adolescence, très peu changées depuis – des lectures conséquentes, mais extrêmement paresseuses ; le livre ouvert pour l’évasion, et plus c’était décontextualisé mieux c’était. Je ne me suis rendue compte que récemment de la conséquence de ces habitudes de lecture entièrement séparées de toute réflexion, de dialogue intellectuel avec l’auteur.rice : elles se traduisent chez moi par un cloisonnement des activités de lecture, de pensée, d’écriture. Ces trois moments sont séparés, et même subordonnés inconsciemment dans mon cheminement intellectuel : d’abord la lecture, puis la pensée, puis le temps de l’écriture.

Evidemment, je ne suis pas la seule, et ce constat présente le paradoxe d’être un poncif à propos duquel tout a été dit ou presque, et d’être pourtant systématiquement renouvelé à chaque fois que le document vierge est ouvert, que le stylo est débouché et qu’il nous semble impossible, inenvisageable, qu’il parvienne jamais à trouver le chemin de la feuille.

Reprenant l’idée de Becker dans Ecrire les Sciences Sociales, Cyril Lemieux explique que la peur de la page blanche vient du fait que l’on « n’attribue à l’écriture qu’un rôle subordonné par rapport à la pensée »[2]. De là naissent dos-d’âne cognitifs et pire, les fameuses « crampes mentales » : on considère qu’on écrira seulement quand on sera sur.e.s d’avoir bien pensé. Et ce faisant, on prive sa pensée d’une précieuse ressource : l’écriture. Parce que l’écriture donne corps à la réflexion, elle met à la disposition de la pensée les « points d’appuis externes » nécessaires à la fois à son déploiement et à l’exploration joyeuse et humble de ses lacunes.

Désacralisations routinières

Mes crampes mentales ne sont pas (trop) débilitantes, et j’arrive la plupart du temps à écrire comme je le veux, mais au prix d’un long temps et de tant d’effort. J’espère qu’en me permettant d’écrire plus librement et de manière moins normée, ce carnet pourra me permettre d’éclater un peu cette trinité linéaire lecture-pensée-écriture pour me faire essayer de nouvelles tonalités de pensée. Et in fine, construire un rapport désacralisé à l’écriture, où celle-ci fait partie intégrante de mon processus de réflexion, et se libère de la pression de l’accomplissement pour devenir aussi un outil au service de ma pensée.

En prévention des crampes mentales, adopter une hygiène d’écriture : et toute hygiène implique son lot de discipline. Je veux écrire comme je me brosse les dents et comme je m’étire chaque jour : avec discipline, avec astreinte, avec soulagement.

En illustration de tout ce que je ne veux pas nourrir dans ce carnet, le poëme « So you want to be a writer » de Bukowski, où il évoque l’écriture en ces termes :

« if it doesn’t come bursting out of you
in spite of everything,
don’t do it.
unless it comes unasked out of your
heart and your mind and your mouth
and your gut,
don’t do it.
if you have to sit for hours
staring at your computer screen
or hunched over your
typewriter
searching for words,
don’t do it »[3]

Cette vision de l’écriture comme giclement incontrôlable a fait son temps dans mon imaginaire [4]. Je veux lui substituer dans ma pratique la beauté et l’opiniâtreté de l’écriture-teigneuse, qui cherche à tâtons ses mots et son souffle ; l’écriture-discipline, qui s’acharne contre le sentiment d’illégitimité ; l’écriture-joie, que l’on fait éclore à défaut de la faire jaillir.

Je ne nie pas la puissance des élans incontrôlables, des épiphanies non sollicitées et  du sentiment d’urgence d’écrire qui nous prend parfois. Simplement, je crois qu’on accouchera difficilement d’un manuscrit de thèse en se reposant seulement sur eux.

 

(Im)mobile en quatre mouvements

Alors, de quoi vais-je parler, ici ? Mes billets s’organiseront en quatre thèmes :

Pour finir, quelques mots sur moi: je m’appelle Mira Tfaily, je suis doctorante chercheuse en sociologie à l’EHESS, affiliée à l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux (IRIS, UMR8156). Je travaille sur la régulations des transports en commun privés à Beyrouth. Si vous souhaitez en savoir plus sur mon parcours, vous pouvez visiter mon site personnel.

Je vous souhaite de transformer les cercles vicieux en tangentes fécondes.

 

Mira

 

[1] L’expression est de Cyril Lemieux, dans Lemieux, Cyril. « L’écriture sociologique ». In L’enquête sociologique, édité par Serge Paugam, 377‑402. Presses Universitaires de France, 2012. [HTML]

[2] Ibid.

[3] Bukowski, Charles. Sifting through the madness for the word, the line, the way: New Poems. Reprint édition. New York: Ecco, 2004.

[4] Bien sûr, Bukowski parle dans son poëme de l’écriture sans visée scientifique, qui diffère de l’écriture sociologique. Cependant, il me semble que cette vision particulière de l’écriture envisagée comme urgence et jaillissement n’est pas uniquement spécifique aux écrivain.e.s sans visée scientifique.

Pour citer cet article: Tfaily, Mira. « À propos du carnet (Im)mobile », in (Im)mobile, 2 décembre 2020, https://immobile.hypotheses.org/44.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.