Enseigner ce qu’on ne connait pas

La possibilité d’émancipation dans l’acte d’enseigner est liée à l’appel libertaire dirigé vers l’intelligence et l’impératif radical adressé à la volonté.

Cette phrase est d’Alejandro Cerletti, tirée d’un article (1) où il analyse la proposition politique de Jacques Rancière dans son livre Le Maître Ignorant – Cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle (2), paru en 1987. Dedans, Rancière revient sur l’expérience pédagogique menée par Joseph Jacotot au XIXe siècle. Jacotot, chargé d’enseigner le français à Louvain à des étudiant.es dont il ne parle pas la langue, leur propose d’étudier à l’aide d’une version bilingue du Télémaque de Fénelon. A sa grande surprise, les élèves parviennent à apprendre le français par eux-mêmes et à restituer en français ce qu’iels ont compris du livre.

Jacotot en tire des leçons afin d’élaborer une nouvelle manière d’enseigner, qu’il pratiquera jusqu’à sa mort en 1840. Commencent alors à se presser dans ses amphithéâtres des élèves venus écouter un maître bien particulier, qui répète à l’envi qu’« il faut que je vous apprenne que je n’ai rien à vous apprendre ». La spécificité de la méthode d’enseignement de Jacotot réside dans son insistance à révéler les capacités d’apprentissages de ses élèves plutôt que de s’inscrire dans une relation de transfert unilatéral de savoir du maître vers l’élève. Elle est tournée vers l’émancipation: le maître émancipateur enseigne l’utilisation de sa propre intelligence plutôt que de transmettre des connaissances ordonnées. Son épitaphe, gravée sur sa tombe au Père Lachaise, résume la radicalité de son postulat:  « Je crois que Dieu a créé l’âme humaine capable de s’instruire seule et sans maître. »

CE QU’IMPLIQUE L’EGALITE 

La lecture du livre de Rancière permet de prendre la mesure de la radicalité contenue dans une affirmation pourtant simple: « nous sommes toustes égales et égaux ». Ce que j’ai trouvé passionnant dans son livre, et qu’explique aussi Cerletti, est que le Maître Ignorant n’est pas un livre de pédagogie. Il n’a pas nécessairement pour but d’amorcer une réflexion sur le système scolaire et les techniques pédagogiques qui lui sont associées, même s’il l’aborde pour critiquer le « mythe pédagogique » sur lequel il est construit.

Il s’agit plutôt d’un livre qui explore les conséquences d’une proposition politique: quelles seraient les conséquences si l’on décidait d’actualiser vraiment la maxime démocratique « nous sommes toustes égales et égaux »? Rancière voit dans l’expérience de Jacotot une invitation à « découvrir les potentialités de tout homme ou femme quand il se considère égal aux autres et quand il considère tous les hommes égaux à lui. » (3) 

En terminant le livre de Rancière, je n’ai pas pu m’empêcher de m’interroger sur ce qu’impliquerait dans mes pratiques pédagogiques le fait de prendre la mesure de l’égalité de principe entre tous et toutes. Le système scolaire va à contre courant de cette affirmation, puisqu’il part au contraire du principe que les intelligences sont inégales et que l’école jouera le rôle de grand égalisateur. Il est peut être impossible, en s’inscrivant dans ce système, avec les contraintes qui lui sont liées, de sortir de la position de maître abrutissant décriée par Jacotot. Pourtant, ce livre m’a beaucoup questionnée et m’a encouragée à penser mon enseignement à travers de nouveaux prismes de lecture.

Les réflexions qui me traversent sont des débris édulcorés inspirés par les réflexions de Jacotot puis de Rancière. Il convient de souligner que Le Maître Ignorant n’a pas pour but d’inspirer les enseignant.es à ajuster à la marge leurs pratiques pédagogiques, mais bien de remettre en question le paradigme sur lequel iels ont assis toute leur pratique et toute leur légitimité. Ce paradigme opère une segmentation entre les maîtres sachant.es et les élèves ignorant.es, celleux-ci étant dépendant.es des autres afin d’accéder au savoir. Cela implique de penser une disjonction entre celleux qui possèdent le savoir et celleux qui intériorisent la place inférieure qu’iels sont supposé.es occuper. J’ai en tête que décider de considérer les expériences de Jacotot et les pensées de Rancière comme des outils revient à trahir la radicalité de leur proposition politique et à les décorréler de leur visée première.

APPRENDRE LES COURS AVEC LES ELEVES

Ce deuxième semestre d’enseignement m’a permis de mettre en pratique une vision moins unilatérale de la circulation du savoir entre mes élèves et moi, pour une raison simple: j’ai appris la plupart des cours que j’ai enseignés en même temps que mes élèves. Je ne suis pas diplômée en sociologie; et la majorité de ce que je connais de la discipline, je l’ai appris à travers mes lectures et recherches personnelles. Le fait d’être arrivée à la sociologie tardivement, au moment de mon doctorat, m’a permis d’adopter une approche moins instinctivement verticale, puisque j’avais eu à assimiler le savoir que je partageais à mes élèves à peine quelques semaines plus tôt en me mettant à leur place. Je sais que je ne suis pas la seule dans ce cas; j’avais eu l’occasion de lire un entretien d’E. Illouz qui racontait une expérience d’enseignement similaire sa première année à l’université. Par ailleurs, si au semestre dernier, j’ai eu une grande latitude dans la création de mes syllabi, cela n’a pas été le cas ce semestre, et j’ai été amenée à enseigner des textes qui avaient été choisis par un.e autre enseignant.e de cours magistral.

Cette expérience a été très féconde, car elle m’a forcée à transformer mes TD en espaces de discussion où l’on échangeait avec les élèves sur les interprétations possibles de telle ou telle formulation, en argumentant chacun.e de notre côté sur les raisons qui nous amenaient à soutenir nos positions sur le texte. J’ai aussi remarqué que le fait d’avoir découvert les textes enseignés presque en même temps que les élèves m’a permis de transmettre les émotions que je ressentais face à la pensées des auteur.rices: ce qui m’enthousiasme, ce que je trouve faible, ce qui m’interpelle, ce que je ne comprends pas, ce que je trouve passionnant, ce que je trouve malhonnête… En retour, j’ai senti que cela a encouragé mes élèves à adopter la même approche, plus personnelle, et à s’engager davantage avec le texte, que ce soit pour me contredire ou m’éclairer sur leurs propres interprétations.

AJUSTEMENTS

Mes TD ont grandement évolué entre mon premier et mon second semestre. Au premier semestre, j’ai passé un temps fou à préparer mes séances, qui se présentaient sous la forme de cours presque magistraux, et qui laissaient peu de place aux interventions des élèves. Quand iels intervenaient, j’étais encline par manque de réflexivité à considérer leurs interventions comme des illustrations de ce que j’avais partagé, et pas comme des pensées pour elles-mêmes.

Mon approche a changé brusquement au second semestre, quand je me suis rendue compte pendant un TD avec mes L1 que le format de mes cours ne leur permettait pas de déployer et de mobiliser au mieux leurs capacités de réflexion. J’avais construit une séance chargée conceptuellement qui portait sur la construction politico-médiatique du « bobo » en m’appuyant sur le livre de Authier et al. Les Bobos n’existent pas (2018) (4), afin de discuter l’infécondité de cette catégorie lorsque l’on construit un objet d’étude sociologique. Le cours se passe bien, les élèves semblent intéressé.es. A la séance d’après, prise par une intuition, je leur demande de restituer ce qu’iels ont retenu de la séance de la semaine dernière. Les élèves se précipitent pour répondre, mais au fil de leurs réponses, je me rends compte qu’iels ne semblent avoir retenu de la séance que l’introduction, où l’on a tenté de circonscrire les traits caractéristiques de cette construction politico-médiatique. Nulle trace dans leurs réponses du cœur de ce que j’avais essayé de transmettre: la porosité de la catégorie et les discussions autour de son infécondité en sciences sociales.

A partir de là, en plus de modifier le format de mes cours pour laisser plus de place aux retours et à la parole des étudiant.es, j’ai décidé de systématiquement poser deux questions à chaque TD. Au début du cours: qu’avez-vous pensé et retenu de la séance précédente? Et à la fin du cours: qu’est-ce qui vous a interpellé dans la séance d’aujourd’hui? Cela m’a permis d’obtenir un retour direct et clair sur ce que j’avais réussi – ou non – à partager.

Aujourd’hui, je corrige les dernière copies de cette première année d’enseignement. Malgré les difficultés, les découragements et le chemin qui me reste à parcourir, elle m’a convaincue de passer les concours de l’enseignement après ma thèse. Pas en géographie, ni en littérature, ni en SES, qui seraient pourtant les choix les plus cohérents au vu de mon parcours, mais en philosophie: les meilleurs séances que j’ai enseignées cette année n’ont pas été celles où j’avais le plus de connaissances a priori, mais celles dont les sujets me passionnaient le plus et excitaient le plus ma curiosité. Plutôt que de choisir la matière sur laquelle je suis a priori la plus compétente et de décider de l’enseigner, il me semble plus fécond pour l’instant de me laisser guider par les sujets sur lesquels j’ai le plus grand désir d’apprendre.

 

 

(1) Cerletti, Alejandro. « La politique du maître ignorant : la leçon de Rancière ». Le Telemaque n° 27, no 1 (2005): 81‑88.

(2) Rancière, Jacques. Le maître ignorant: cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle. Paris: Fayard, 2009 (1ère ed. 1987).

(3) Cerletti, Alejandro. « La politique du maître ignorant : la leçon de Rancière ». Le Telemaque n° 27, no 1 (2005): 81‑88.

(4) Authier, Jean-Yves, Anaïs Collet, Colin Giraud, Jean Rivière, Sylvie Tissot. Les bobos n’existent pas. Lyon: Presses Universitaires de Lyon, 2018.

Pour citer cet article: Tfaily, Mira. « Enseigner ce qu’on ne connait pas », in (Im)mobile, 3 juin 2021, https://immobile.hypotheses.org/343.

3 réflexions sur « Enseigner ce qu’on ne connait pas »

  1. Je m’identifie totalement à ce que tu écris, moi même en 1ère année d’enseignement, j’avais commencé Rancière, mais n’ai pas pris le temps de le terminer. Merci pour ce billet entre réflexion sur l’égalité dans l’enseignement et retour d’expérience. Très intéressant

      1. merci beaucoup! 🙂
        (Je viens seulement de voir ta réponse à la re-lecture de ton article pour préparer mon cours de socio)

Répondre à Hermand fleurine Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.